Projet d’achat immobilier en 2020 ? 6 conseils pour bien le préparer

Projet d’achat immobilier en 2020 ? 6 conseils pour bien le préparer

Un achat immobilier est un acte important qui engage votre épargne et affectera profondément votre patrimoine. Il est donc important de procéder avec rigueur et méthode concernant l’achat de celui-ci et ne pas se fier uniquement à un « coup de cœur ».

Voici les 6 conseils d’IMMO D’ORO pour bien préparer votre achat immobilier.

Sommaire

  1. Préparer son projet d’achat en amont
  2. Etudier l’environnement du bien convoité
  3. Evaluer avec précision le prix des travaux à effectuer
  4. Evaluer les frais annexes à votre crédit immobilier
  5. Faites une offre d’achat immobilier
  6. Pensez à la revente du bien

1) Anticiper son crédit immobilier

En amont de votre offre d’achat, vous devez avoir mis toutes les chances de votre côté pour obtenir un prêt immobilier aux meilleures conditions.

En effet, obtenir l’accord d’une banque pour un prêt immobilier est une chose, mais obtenir les meilleures conditions de financement en est une autre. Il vous faudra pour cela « nettoyer » vos comptes bancaires trois mois avant votre demande de crédit afin de présenter un bon profil auprès des banques.

Cela signifie bien entendu de n’avoir aucun découvert pendant cette période mais surtout de montrer la bonne gestion de vos comptes en évitant les dépenses superflues….

Si vous en avez la possibilité , montrez que vous pouvez épargner tous les mois une somme placée sur un compte d’épargne.

 2) Etudier l’environnement du bien convoité

Avant de se lancer dans un achat immobilier, il est nécessaire d’établir un plan au préalable afin d’éviter un maximum les zones d’incertitudes et de savoir exactement à quoi l’on s’engage. Il faudra donc agir avec méthode.

En matière de recherche d’un bien immobilier, il vous faut tout d’abord déterminer vos critères (budget, superficie, pièces, étage, exposition, environnement… ). Vous pourrez classer ces critères en deux. Les principaux (sur lesquels vous ne dérogerez pas) et les secondaires (sur lesquels vous pourrez déroger).

Afin d’affiner ceux-ci, il est conseillé de visiter le plus possible de logements ainsi que ses alentours. Cela vous permettra de mieux appréhender l’environnement dans lequel vous allez habiter à moins que nous ne connaissiez déjà très bien le quartier (proximité d’une gare, de commerces, d’écoles, de médecins…) .

Ne faites pas vos visites de manière superficielle et procédez à une analyse complète de l’appartement visité. Vous pourrez demander la communication des diagnostics immobiliers obligatoires qui vous apporteront des éléments de réponse sur le logement et la nature éventuelle des travaux à faire (électricité, isolation etc..).

En cas d’achat d’un bien en copropriété, procéder à l’étude de celle-ci.

N’hesitez pas à faire un tour dans les parties communes, à bien vérifier les procès verbaux des dernières assemblées générales pour vous assurer que la copropriété est bien tenue et que des frais supplémentaires ne seront pas à prévoir. 

Il conviendra de vérifier également si les logements sont constitués majoritairement de locataires ou de propriétaires. Les parties communes de résidences constituées majoritairement de locataires auront tendance à être moins entretenues que celles constituées majoritairement de propriétaires.

Après avoir étudié l’environnement global du bien que vous avez sélectionné, il conviendra de s’intéresser aux caractéristiques mêmes de ce logement avant de formuler votre offre d’achat.

N’hésitez pas non plus à demander la communication des derniers PV d’assemblée générale de copropriétaires.

Ce document sera une source d’information précieuse concernant l’état des travaux en cours, achevés ou à venir. Il vous renseignera également sur l’état financier de la copropriété.

3) Evaluer avec précision le coût des travaux à effectuer

En règle générale, un bien immobilier ancien ayant besoin de travaux sera affiché avec un prix de vente moins cher qu’un bien rénové ou neuf. Les meilleures affaires se font généralement sur des biens anciens à rénover. Il faut toutefois évaluer avec précision le coût des travaux afin d’éviter toute mauvaise surprise.

Des travaux mal évalués peuvent devenir un gouffre financier et la bonne affaire que vous pensiez réaliser se transformera en mauvais investissement.

En effet, et nous le verrons plus tard, il est important d’avoir un état d’esprit d’investisseur même si vous achetez votre résidence principale.

En fonction du type de travaux à effectuer, vous pourrez demander un petit rabais sur le prix de vente ; Il n’y a pas de petites économies.

4) Evaluer les frais annexes à votre crédit immobilier.

En cas d’achat d’un bien immobilier, outre le coût de votre crédit immobilier, vous devrez supporter également divers coûts annexes qu’il faudra prendre en considération.

Ces coûts vont des frais de notaires, frais de l’agence immobilière, de l’assurance emprunteur,  des frais de garantie, des frais de dossier de la banque.

Ces frais peuvent représenter plus de 10% de la valeur du bien que vous souhaitez acheter.

Surtout, ils ne seront pas tous inclus dans votre crédit immobilier et vous devrez donc les payer directement.

Il conviendra donc d’anticiper le montant de ces frais et de prévoir une épargne adéquate afin d’y faire face si ces derniers ne sont pas incorporés dans votre crédit immobilier.

5) Faites une offre d’achat immobilier

Si vous souhaitez acquérir un bien immobilier, faite une offre d’achat écrite. Si le propriétaire l’accepte, il sera engagé à vous le vendre. 

Le prix de votre offre doit correspondre aux prix pratiqués sur le marché. Dans vos recherches, vous pourrez vous baser sur des outils d’estimation en ligne qui peuvent vous donner un ordre d’idée sur une fourchette de prix.

Par ailleurs, même en cas d’achat d’un résidence principale, il est nécessaire d’avoir des réflexes d’investisseur afin d’éviter de surpayer son bien.

Pour cela, il vous faudra déterminer le loyer qui pourrait être appliqué à ce logement en cas de location et vérifier que ce montant ne soit pas inférieur au mensualités du crédit que vous aurez à débourser chaque mois.

Pour ce calcul, il est conseillé de prendre une base de durée de crédit comprise entre 15 et 20 ans.

Le compromis de vente ou la promesse qui suivront vous engageront à acheter le bien (hors conditions suspensives comme l’obtention du crédit). 

Pour cela, vous pourrez vous adresser directement à votre banque ou vous tourner vers un courtier immobilier qui se chargera de vous dénicher le meilleur financement. 

6) Pensez à la revente

En moyenne, les français conservent leur bien immobilier entre 7 et 10 ans et cela peut même diminuer lors de l’achat d’un bien immobilier par de jeunes couple dont la situation familiale peut évoluer.

Il est donc nécessaire au moment de l’achat de se demander si le prix de revente pourra au moins être égal au prix d’achat.

Si personne ne peut prédire l’évolution du marché immobilier, vous pourrez vous appuyer sur des éléments tangibles qui donneront toujours de la valeur à votre bien (proximité des transports en commun, résidence calme et entretenue, bonne situation financière de la copropriété…)